A qui est-ce que ça appartient?

L'un des outils fondamentaux d'Access Consiousness !

Qu'est-ce que c'est que cette question?

Vous savez, quand vous entrez dans une pièce et que vous percevez un malaise, vous sentez la tension, la gêne ou l'agressivité d'une personne? Si vous vous imaginez que parce que vous le percevez, cette émotion est à vous, vous en êtes aussitôt prisonnier!

 

 


Quand tout d'un coup, en passant devant quelqu'un, en doublant une voiture, vous vous sentez changer d'humeur, demandez : "à qui est-ce que ça appartient?" Vous vous rendrez vite compte que vous percevez beaucoup plus souvent que vous ne le croyez les pensées, sentiments et émotions des autres. Si vous posez cette question et que ce sentiment ou cette émotion s'allège, si vous avez l'impression de mieux respirer, ou que votre horizon s'ouvre, vous savez alors que ça ne vous appartient pas, c'est juste quelque chose que vous percevez. 

Bon, et alors, j'en fais quoi? Rien! Vous le retournez à l'envoyeur, même si vous ne savez pas qui c'est !

Et on fait ça comment ? Rien de plus simple, on demande à le faire, on dit juste (dans sa tête si on est en public, on est jugés assez souvent comme ça!!!) "tout ça, je le retourne à l'envoyeur!", ou "retour à l'envoyeur avec la conscience attachée".  Je vous ai perdu? En fait, c'est très simple : si on attache la conscience à ce tas de Beurk qu'on a reçu (émotion, colère, haine, tristesse...), la personne a qui ça appartient récupère son paquet ET un peu de conscience en plus, ce qui lui permet de mieux percevoir ce qui se joue et d'y faire quelque chose si, et quand elle le souhaitera. Si on est sans arrêt à vivre les émotions des autres pour eux, on les prive de la conscience de ce qui pourrait changer cet état. 

Si on vit auprès de personnes dépressives, on a l'impression de leur rendre service en les "accompagnant" dans leurs malheurs, en les écoutant, en vivant leurs émotions avec eux. Mais en les renvoyant vers eux avec le conscience attachée, on leur permet d'y faire face, et de trouver des options, des possibilités auxquelles ils n'avaient pas pensé... Evidemment, je ne veux pas dire qu'on va être brutal avec eux tout d'un coup et les laisser se débrouiller, on va juste utiliser cet outil, et faire le choix de les laisser faire le travail, qu'on ne peut de toute façon pas faire pour eux! Et on peut les soutenir en étant présents avec eux, à l'écoute, en voyant leurs histoires comme des points de vue et non des vérités immuables.

Et si vous vivez cet émotions, pénsées et sentiments comme s'ils étaient les vôtres alors qu'ils n'ont aucun fondement dans votre monde, si vous essayez de résoudre des problèmes qui ne sont pas à vous, pensez-vous arriver à quelque chose?

Gary Douglas et Dain Heer suggèrent de tester cet outil pendant 3 jours, avec toutes les pensées, émotions et sentiments que l'on ressent. Ils ont même mis au point une appli gratuite pour i-Phone et Android appelée Who Does It Belong To, et qu'ont peut regler pour qu'il envoie un rappel à des intervalles réguliers et qu'on pense à se poser la question "A qui est-ce que ça appartient?"


Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Daroussin Yvonne (lundi, 19 novembre 2018 23:28)

    ça me plaît bien..
    bonne idée (cf chanson de goldman)